Restauration de barque d’intérêt patrimonial

Une fois restaurée, cette embarcation centenaire sera mise à l’eau pendant la période estivale dans le port de plaisance de ST VALERY EN CAUX. Et à l’occasion, pourra être transportée sur le territoire de la côte d’Albâtre.
Elle sera disponible pour les promenades (sur l’eau) et pour les futurs rameurs…

promenade rames en barque

Diagnostic technique

-L’embarcation massive mesurant 3,50m par 1,60m est légèrement déformée ;
-La quille semble dans un état correct ainsi que le tableau arrière ;
-Les membrures ployées (squelette…) seront toutes à changer ;
-Les préceintes (ceinture supérieure, probablement en chêne) pourront être en partie récupérées et les serres de bouchain (ceinture intérieure) devront surement être remplacées ;
-Les bordés (en pin) sont abîmés mais récupérables pour la plupart ;
-Tous les clous en fer sont très rouillés  ;
-Les varangues (partie du squelette de la barque) sont inexistantes ;
-Le plancher et les traverses sont inexistantes également ;
-Les deux bancs de nage absents également  ;
-Pas de listons non plus  ;
-Absence des 4 dames de nage et des 4 avirons.

Vu l’état de la barque, le chantier de marine est une nouvelle fois d’importance !

Décisions sur la restauration à entreprendre

1- Tous les clous en fer doivent être retirés et remplacés par des rivets en cuivre ;

2- Les membrures (ployées) seront remplacées par des membrures plus larges en acacia (bois en stock), qui seront cintrées à l’étuve. Elles seront ensuite rivetées avec des clous et contre rivures en cuivre (solidité) ;

3- Les préceintes (ceinture supérieure) probablement en chêne seront remplacées en partie par du lamellé collé de bois imputrescible  ;

4- Les serres de bouchain (ceinture intérieure) seront à remplacées en se servant de leur gabarit.

5- Les varangues “inexistantes” seront à réaliser par nos charpentiers de marine amateurs ;

6- Les bordés en pin seront remplacés pour les plus abîmés, tout en essayant d’en sauver le plus possible, en utilisant la technique du scarf (jointure d’une partie d’un bordé neuf avec l’ancien) ;

7- Le plancher et les traverses sont inexistantes. Des planches de bois de coffrage standard suffiront ;

8- Les deux bancs de nage sont inexistants. Ils seront aussi à réaliser, en bois dur (bois en stock) ;

9- Les listons seront probablement assemblées tout au long de l’embarcation en un cordage en jute, d’un diamètre de 42mm ;

10- Des barres anti roulis seront confectionnées (bois en stock) pour une meilleure stabilité à la mise à l’eau ;

-Une réflexion est en cours sur la pose de barreaux et lattes de pont à l’avant ;

11- Absence des 4 dames de nage et les 4 avirons. Ils seront fournis par l’association ;

12- On n’oubliera pas de lui trouver un nom… (p’tit val’riquais?)

C’est quoi ces termes de marine ? “Explications”

Voir aussi le vocabulaire de marine en détail via le lexique

On réalise ensuite l’inventaire des matériaux, du matériel, des fournitures et produits nécessaires à la réalisation de ce projet ambitieux…

Les étapes de la restauration

Restauration barque en bois

Décembre 2020 :
Arrivée de l’embarcation à notre atelier

Barque en bois patrimoine st valery
Début du chantier…
retrait clous bordés

Retrait des clous rouillés des bordés (hors membrures)

Ponçage de l’intérieur de la coque

étrave barque

Retrait des clous du renfort métallique d’étrave (dit bande molle)

Découpe à la scie sur table de “feuilles” de bois d’Iroko pour former les lattes nécessaire à la réfection des préceintes

feuille de placage iroko
iroko pour lamellé collé

Retrait des parties très abimées des deux préceintes (ceinture sur le dessus de la barque) et remplacement
par les lattes découpées. Celles-ci sont toutes fixées à la colle PPU pour former un lamellé collé :

lamellé collé préceintes
Les lattes sont cintrées à la forme de la barque
lamellé collé à l'epoxy
Toutes les lattes sont collées à la PPU (création d'une émulsion)

Utilisation de la technique du scarf qui permet de retirer les parties abimées du bois

Le rendu de finition du lamellé collé

clous et contre rivures cuivre restauration

Livraison de la commande de clous et de contre rivures en cuivre, remplaçant les clous en fer.

Estimation de la pose d’environ 700 clous et autant de contre rivures…

Clous contre rivures cuivre restauration

Remplacement des parties très abimées de l’arrière (bordés) par des pièces de chêne et de pin

restauration barque
Application d'une couche de primaire (protection du bois)

Découpes de plateaux d’acacia,
en lattes (4cm de large) afin de réaliser des membrures (squelette de la barque), qui seront étuvées et cintrer pour prendre la forme de la coque

L’essai de pose (à blanc) de la première membrure est réalisée à coté de celle d’origine (qui sera retirée par la suite).

Chaque membrure sera ainsi plaquée (ployée) contre la coque en quelques secondes après avoir été placée en étuve (vapeur d’eau) environ 1 heure. L’opération est nécessaire pour ramollir le bois et lui permettre de se ployer facilement sans risquer la casse. Toutes les anciennes membrures seront ainsi retirées au fur et à mesure.

membrures ployées

Retournement de l’embarcation pour replacer le premier bordé (galbord) contre la quille. Des serres joints sont utilisés pour repositionner le premier bordé. Des clous en cuivre sont ensuite enfoncés dans la quille.

L’embarcation est placée en position debout pour faciliter “la maintenance”.
Application d’une couche de primaire spéciale (orange) sur les futurs emplacements des membrures

barque traditionnelle restauration

Des varangues sont créées avec une essence spécifique de pin très résistante et imputrescible : le pitchpin.

Utilisé autrefois pour la construction navale, ce pin rigide est aujourd’hui difficile à se procurer.

Création varangues

Pose des varangues sur la coque (fixation sur les bordés)

Pose varangues

Réalisation de pinoches en bois et insertion dans tous les trous des anciens clous...

Insertion de pinoches bois
Pinoches bois
Pose pinoches bois
pinoches restauration
Opération "porc épic"
rivetage membrures
Environ 700 rivets de cuivre à poser
Pose de rivets

La technique de pose de rivets :

Il est nécessaire de percer le bois d’un diamètre égal à la section du clou carré ;

Le clou est enfoncé au marteau (ou au marteau pneumatique), jusqu’à ce que sa pointe sorte totalement du côté opposé ;

La coupelle de contre-rivure est introduite en force sur le clou à l’aide d’une bouterolle (cylindre métallique dont l’extrémité laisse passer le clou et possédant un fraisage en creux qui épouse la forme de la coupelle) ;

Une fois le rivet posé, la pointe du clou est coupée, ne laissant dépasser qu’une longueur équivalente à la section du clou ;

A cette étape, il faut alors deux personnes pour « mater » le rivet : l’une empêche le clou de ressortir en compressant sa tête avec une masse métallique lourde (le tas), l’autre tapant au marteau sur le picot qui dépasse de la coupelle ;

Le rivet est d’abord maté à petits coups de marteau (une dizaine de coups), pour chauffer le cuivre. Une fois le métal bien aplati, deux coups énergiques de marteau avec une bouterolle à empreinte creuse hémisphérique assurent le matage et le serrage définitifs du rivet.

Les rivets sont posés en quinconce évitant au bois de se fendiller avec le temps.
Allez plus que 699 rivets à poser !

rivetage cuivre
Fin du rivetage des membrures (les vieilles membrures sont retirées)
Membrures barque
Barres anti roulis barque

Début de pose de parties de bordés après la création de barres anti-roulis, pour une meilleure stabilité de la barque.

barque patrimoine

Notre barque reprend vie… où elle va retrouver sa jeunesse d’il y a plus de 100 ans !

barque retournée

Retournement de l’embarcation pour préparer le calfatage.

barque en restauration
Charpentier de marine association 2
Charpentier de marine association 1
Charpentier de marine association 3

Opérations de raclage, ponçage et nettoyage entre chaque bordé.
Pose de renfort d’étambot, renforçant la solidité de la quille.


Suivez-nous aussi sur