Histoire du Courlis

“Histoire du Courlis de la Manche”

Chaloupes normandes
Chaloupe en 1910

Le Courlis est un descendant des chaloupes normandes qui allaient à la pêche uniquement à la voile

Ces embarcations normandes ont été conçues pour la pêche et la plaisance et ont été produites à 163 unités entre le milieu des années 60 et le milieu des années 70 par les chantiers Lude (Calvados).

Courlis de la manche des années 60
Courlis de la Manche (photo originale des années 60)

Le nom choisi par les chantiers fait référence à l’oiseau aquatique européen.

 

Utilisation

Cette embarcation permet la pêche au casier (homards, étrilles) ; à la palangre (raies, roussettes) ; à la traine (maquereaux, orphies, bars) et aux lignes de fond (poissons plats, godes).  

Ce voilier de construction robuste à souhait supporte les erreurs de barre et de réglages !

Le foc et le tape-cul hissés sans la grand-voile donnent une stabilité de route pendant la pêche à la traine. Le moteur étant au ralenti, le pêcheur solitaire peut quitter la barre.  



Les courlis ont une longueur de 5,50 mètres pour une largeur de 2,10 m avec un tirant d’eau de 0,60m. Il mesure 8,60 mètres avec le bout dehors (à l’avant) et la queue de malet (à l’arrière)
La surface de voilure est soit de 12m² ou de 17m².

Deux versions existent :

Une, complètement ouverte (mélusine) et l’autre avec une cabine pouvant accueillir deux couchettes.

Il existe également deux versions de surface de voilure  :

– Une voilure de 12 m2 (en comptant le total des voiles), suffisante pour pallier à une défaillance éventuelle du moteur. Cette voilure est considérée comme auxiliaire. –  Une voilure de 17 m2, équilibrée par un lest de 140 kg placé sous la quille, donne une évolution sous voiles satisfaisante. Cette deuxième version est nommée super courlis.

Son moteur
Il est généralement à essence ou diesel est à une puissance de 7 à 10 cv.

Le courlis de la Manche possède ainsi trois voiles : la grand-voile (au tiers), un foc et un tape cul


Caractéristiques d’origine
d’après la fiche technique des Chantiers Lude de Courseulles sur mer

CONSTRUCTION        

Classique à bordés franc-bord. Teck, chêne, frêne, sapin, acajou. La simplicité et la robustesse de son gréement permettent l’initiation à la voile.

La quille en teck de 150 x 80 mm permet l’échouage ;
L’étrave, l’étambot, la courbe et le grain sont en teck (de 80 mm) ;
Le tableau est en chêne (de 41 mm) ;
Les membrures ployées rivées sont cuivre, sont en frêne ou en acacia (de 27 mm) ;
Les bordés de fonds sont en acajou (de 21 mm) ;
Les hiloires sont en acajou (de 27 mm) ;
Le pont et les cloisons sont en contreplaqué marine (de 10 mm) ;
Enfin le tillac est en sapin du Nord (de 27 mm).

Plan origine Courlis de la Manche
Plan d’origine des Chantiers LUDE